Une heure au Vietnam

Cette heure-là, c’est :

21 jours qui sont passés en 60 minutes, en un éclair même, le temps de sentir son coeur bondir et à peine le temps de s’en remettre, c’est un mélange euphorisant, entre l’appréhension, l’impatience et l’amour, c’est un vol interminable mais indispensable, ce sont des repas à 3h du matin, du poulet au curry à 9h du matin, c’est le jet-lag dont on se fout quand on atterrit, c’est le premier pied que l’on pose sur le sol vietnamien, ce sont les yeux grands ouverts (non énormément ouverts – et pour des yeux bridés, c’est beaucoup) devant le monde qui grouille devant nous, ce sont les coups de klaxons, la circulation folle, les rangées de scooter et les rangées de vietnamiens dessus, c’est l’effervescence d’Hanoi, sa jeunesse et son énergie, c’est le sourire que vous ne pouvez décoller du visage de ces gens-là, qui ont peu mais pourtant tellement à vous offrir.

Cette heure-là, c’est :

une rencontre avec soi-même, avec notre égoïsme et notre matérialisme, notre insatisfaction ridicule et nos préjugés occidentaux dépassés, c’est une leçon de vie, un sourire qui appuie là où ça fait mal : sois heureux, sois mille fois heureux !

Cette heure-là, c’est :

l’indescriptible bonheur d’être parmi les siens, de reconnaître les siens que l’on connaît à peine, à leur amour, à leur bienveillance, à leurs yeux bridés et à leurs mains dans la nôtre. C’est la famille, c’est la joie, c’est l’innocence, c’est l’allégresse, c’est le bonheur… C’est le foisonnement d’émotions que vous ne savez pas gérer mais que pour une fois, vous laissez vous envahir parce que … merde, ça fait du bien d’être aimé et de se laisser aller.

C’est heure-là, c’est aussi :

la barrière de la langue, mais le pouvoir du langage du coeur, le regard profond de mon père et tout le sens que prennent les mots qui sortent de sa bouche en vietnamien et qui viennent imploser dans mon coeur dans toutes les langues, c’est la main tendre de ma mère qui me donne à manger, parce que je ne sais pas me servir des baguettes mais que je veux manger tout ce qu’il y a de délicieux (et tout est délicieux, sans exception), c’est la patience de mon frère qui me laisse dormir sur son épaule, lui écrasé contre la paroi du mini-bus qui sera notre avion pour le paradis durant tout ce périple, c’est la force des bras de ma soeur qui m’entourent et c’est la douceur de ses doigts qui attachent mes cheveux (parce que ça ne va pas, tes cheveux, comme ça !), c’est le rire communicatif de ma nièce, sa joie, son innocence, sa beauté, sa fraîcheur, c’est la timidité de mon neveu qui ose enfin me demander de le porter ou me tendre un bonbon… Ce sont les yeux bleus apaisés de mon papa français qui me regarde m’épanouir. C’est la présence de ma maman française dans ce tourbillon de sentiments contradictoires.

Cette heure-là, c’est :

la Baie d’Ha Long, la superbe, c’est Ho Chi Minh, la citadine, c’est Hanoi, la vivante, c’est SaPa, la montagneuse, c’est Hue, l’historique… c’est tant de diversités, et toujours tant de sourires et tant de délicieux plats à partager. C’est toujours l’optimisme, du Nord au Sud, et l’énergie pour toujours aller de l’avant.

Mais cette heure-là, c’est surtout l’espoir d’être à la hauteur de leur sacrifice, et de revenir très vite les serrer dans mes bras et qu’ils sont grands mes bras et mon coeur pour les aimer de si loin.

Il y a tout juste 20 ans aujourd’hui, j’atterrissais par un vol Vietnam Airlines aux côtés de deux humains aux coeurs d’or. Dans leurs mains rassurantes, j’ai trouvé tout l’amour et toute la force pour me construire et il n’y aura jamais assez d’années pour les remercier pour les ailes qu’ils ont donné à la jeune femme que je deviens.

C’est avec beaucoup d’émotion que je vous partage ces quelques photographies, souvenirs précieux. Je m’en veux de ne pas rendre hommage à la beauté de ce pays avec la qualité médiocre des photographies de l’iPhone, mais c’est un trésor d’avoir une trace numérique. Et même si la technologie soutient la mémoire, elle ne remplace rien… et je m’accroche si fort à leurs visages qui manquent à ma vie.

vietnam-1-3 vietnam-1-4 vietnam-1-5 vietnam-1-6 vietnam-1-7

vietnam-1-9 vietnam-1-10 vietnam-1-11 vietnam-1-12 vietnam-1-13 vietnam-1-14 vietnam-1-15 vietnam-1-16 vietnam-1-17 vietnam-1-18 vietnam-1-19 vietnam-1-20 vietnam-1-21 vietnam-1-22 vietnam-1-23 vietnam-1-24 vietnam-1-25 vietnam-1-26 vietnam-1-27 vietnam-1-28 vietnam-1-29 vietnam-1-30 vietnam-1-31 vietnam-1-32 vietnam-1-33 vietnam-1-35 vietnam-1-36 vietnam-1-37 vietnam-1-38 vietnam-1-39 vietnam-1-40 vietnam-1-41 vietnam-1-42 vietnam-1-43 vietnam-1-44 vietnam-1-45 vietnam-1-46 vietnam-1-47 vietnam-1-48 vietnam-1-49 vietnam-1-50 vietnam-1-51 vietnam-1-52 vietnam-1-53 Du bonheur et de la tendresse en pièce jointe! A très vite!

6 Comments

  1. Reply
    Corinne

    Quel magnifique témoignage !!! L’amour dans chaque mot parce que ta vie est une longue histoire d amour !! J’ai la chance d’en avoir vécu un petit bout !! Et comme l’adoption et les coeurs venus d Asie sont presque toute ma vie ……je te souhaite encore plein de bonheur à venir ici et là bas !!

  2. Reply
    Marion

    Superbe Marie! Article très beau et très émouvant! Je ne te mens pas du tout en te disant que tes mots traduisent bien toutes tes émotions – enfin sûrement pas tout vu l’immensité de celles ci mais ils ont en tout cas fait apparaitre une petite larme aux coin de mes yeux! Très bel article, très bien écrit et très belles photos aussi!
    Ca fait plaisir de partager un peu ca avec toi! Merci beaucoup !

    Bisous copine! ❤️

Leave Your Comment

tuoisity.com
Copyright © 2016